Station d’épuration de VIEILLE-EGLISE

VIDEO : cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo de présentation de la future station d’épuration de VIEILLE-EGLISE.

Fonctionnement : « Association entre les derniers développements en matière d’ingénierie écologique et les technologies de traitement conventionnelles »

Basée sur le fonctionnement classique d’une station d’épuration (boues activées chargées de bactéries qui dégradent la pollution), la spécificité du système Organica repose sur l’association de plantes.

Véritable jardin sous serre, ce système optimise le traitement de l’eau en sous-sol par les systèmes racinaires des plantes qui s’enfoncent dans les boues jusqu’à plus de 1 m 50.

Fixées dans un lit de billes d’argile de 30 cm d’épaisseur, différentes espèces de plantes possédant des systèmes de racines très développées sont installées dans des casiers métalliques, sous le niveau d’eau des bassins d’aération et servent de support à une culture fixée sur leurs racines : le système racinaire traverse cette couche pour trouver sa nourriture dans les effluents à dépolluer (=eaux usées).

Le principe est d’améliorer les phénomènes naturels mis en œuvre dans l’épuration de l’eau en faisant interagir des organismes vivants capables de digérer une partie de la pollution organique. Les racines des plantes, en baignant dans les bassins biologiques, vont y créer un milieu récepteur idéal pour les bactéries et autres organismes vivants (protozoaires, zooplanctons, vers, escargots, coquillages ….), capables de s’autogérer et de capter leur énergie en présence d’air et à partir du soleil, pour maximiser la dégradation biologique des contaminants.

Ce système permet donc d’obtenir un vaste écosystème, composé de bactéries et autres organismes qui viennent compléter le travail des bactéries de la boue activée.

En somme, il s’agit d’une technologie utilisant le végétal de façon intelligente et offrant une qualité d’eau rejetée conforme aux exigences réglementaires et qui permet une économie d’énergie intéressante par rapport à une station classique.

L’intégration paysagère : « Des stations de traitement de l’eau qui ont l’apparence de jardins d’hiver »

En surface, n’est visible qu’une serre en verre accueillant les plantes formant le système racinaire.

Plusieurs dizaines d’installations sont déjà implantées en Europe de l’Est et en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, la première station française commence à fonctionner au Lude dans la Sarthe et plusieurs autres viennent d’être construites comme à Rennes ou à Poitiers.

Celle de Vieille-Eglise sera la seule du Nord Pas-De-Calais.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les travaux en images